Quatre nouveaux groupes Plus d'infos ici
Le forum a revêtit son apparat d'été !

Partagez | .
 

 [CHAP.2] Etape 10 : 'We will rule them all"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arkane
As cold as ice
As cold as ice
avatar

Messages : 163
Date d'inscription : 29/10/2012

Feuille d'écrivain
Fiction en cours: Beyblade
Statut: Écrivain(e) amateur
Points d'écriture:
12/100  (12/100)

MessageSujet: [CHAP.2] Etape 10 : 'We will rule them all"   Mer 14 Nov - 15:25
Etape 10 : "We will rule them all"



Me revoilà donc sortis de cet enfer blanc. Cette sorte de clinique qui avait abîmée ma toupie mais surtout ma chimère. L’heure était venue de rentrer chez moi, de réparer ma toupie, de reposer mon spectre.
J’avais un appartement dans le premier arrondissement de Paris. Sur le trottoir, je stoppais un taxi et lui indiquais l’adresse à laquelle je souhaitai qu’il me dépose. J’arrivai peu après neuf heures devant l’entrée du bâtiment. Il s’agit d’un immeuble récemment construit, qui accueil en général le gratin de notre France ; Des politiciens et des hommes d’affaires principalement. Je vivais ici car mon père en faisait parti. C’était bien pratique.
J’entrais donc dans le haut bâtiment. Dans le hall, la même personne que d’habitude pour me souhaiter la bienvenue. Il s’agissait d’un vieil homme qui travaillait ici en temps que propriétaire des lieux. Il était à la fois le propriétaire et le concierge. Un homme de confiance comme cela se fait rare de nos jours. Cette personne s’appelait Boris Kamowski, parti de la Russie avec ses parents d’origine juifs lors de la deuxième guerre mondiale pour échapper aux camps de concentration, il avait fait ses études en France et s’était fait un cercle de connaissance que beaucoup de monde lui envierait.

Boris : « - Oh ! Monsieur ! C’est un plaisir de vous revoir ! »
Arkane : « - Bonjour Boris. »
Boris : « Votre séjour s’est bien passé au Japon ? »
M’interrogea t-il avant de continuer sans me laisser le temps de répondre « Nous ne pensions pas vous revoir… Avec le crash qui a eut lieu… Votre père s’est inquiété, il a lancé des recherches pour pouvoir vous retrouver ! Il a même menacé d’attaquer la compagnie aérienne ! » S’exclamait-il dans un mélange de soulagement et de peine.
Arkane : « Que voulez-vous. Un requin restera toujours un requin. Mais oui, le voyage s’est bien passé malgré que je n’ais pas trouvé tout ce que je cherchais… »
Boris : « - Le Beyblade ? C’était ça la raison de votre départ ? Vous savez, quelque chose se prépare en ce moment dans le milieu. Quelque chose de grandiose ! J’ai entendu parler d’un tournoi dont la récompense serait fantastique. »
Je levais les yeux vers Boris.
Arkane : « - Quel genre de tournoi ? »
Boris : « - Ohh… Vous savez monsieur, moi et les toupies… J’ai simplement entendu dire que ça allait être le plus grand évènement de ces dix dernières décennies. Un tournoi par équipe si ma mémoire m’est toujours fidèle. » Finit-il en se grattant la tête de la main droite comme pour stimuler ses neurones.
Arkane : « Merci Boris de m’avoir prévenu. » Finis-je en le saluant d’un hochement de la tête avant de suivre le tapis rouge jusqu’à l’ascenseur. Lorsque les portes s’ouvrirent, je fus à nouveau interpellé par le gérant.
Boris : « N’oubliez pas d’appeler votre père ! Ne serait-ce que pour lui dire que vous êtes vivant. »

Je ne répondis pas et entrait dans l’ascenseur. Ce n’est pas que je n’aimais pas ma famille non. C’était plutôt leur façon d’agir. Comme je le disais, j’ai donc évolué dans un milieu de requin. Ca a sûrement influencé ce que je suis aujourd’hui, mais je tente chaque jour de m’éloigner de ce portrait-type qui me colle atrocement à la peau.
J’introduis une clef que j’avais récupérée avec mes affaires dans l’encoche prévue à cet effet dans l’ascenseur. En effet, l’engin m’emmenait directement à l’intérieur de mon appartement. Pour pouvoir y accéder, il fallait obligatoirement une clef qui servait de bouton pour indiquer à l’ascenseur de se rendre au tout dernier étage. L’Otis s’élevait dans une secousse habituelle pour les ascenseurs. Celui-ci était assez élégant. Il y avait même une banquette, le tout était tapissé d’un rouge profond, en velours. Les lumières étaient douces, dans le style des hôtels des années vingt, le tout ambiancé par une musique classique : Du Vivaldi me semble-t-il. Parfait pour les ploutocrates qui vivaient avec moi dans cet immeuble donc.

Arrivé au dernier étage, les portes s’ouvrirent immédiatement dans la galerie qui faisait office d’entrée. Dans celle-ci se trouvait un porte manteau en fer forgé par un artiste dont j’ai oublié le nom. Aux murs blancs, des photos en noir et blanc, très grand format, qui représentaient les cinq continents. Je laissais ici mon manteau et mon sac en bandoulière, ne gardant que ma toupie et mon lanceur. Puis une porte automatique vitrée teinte en noire s’ouvrit devant moi.
La pièce principale était très grande. Une lignée de baies vitrées donnaient une vue imprenable sur Paris. Les murs qui étaient à gauche et à droite étaient noirs, tandis que ceux qui se trouvaient en face et derrière moi étaient blancs. Au dessus, un faux plafond noir au dessus duquel étaient disposés des néons pour diffuser une lumière égale qui ne tue pas les yeux. Par terre, du parquet ivoire parsemé ci et là de grands tapis en fourrure ébène. Dans cette pièce, un écran géant posé sur un support – encore ici en fer forgé, que j’avais fais faire sur mesure pour pouvoir accueillir tout mon matériel électronique – Consoles, lecteurs dvd, home cinéma, etc. Ainsi qu’un grand canapé d’angle en cuir noir placé derrière une table basse imposante. Deux banquettes assorties au canapé venaient se placer intelligemment dans la pièce.
Je m’avançai et m’installait de tout mon long sur le canapé. Appuyant sur un bouton de la télécommande, j’allumai la télévision, tandis qu’un autre ouvrit le dessus de la table basse pour laisser sortir un plateau sur lequel se trouvait un ordinateur portable, un cellulaire et quelques papiers, blocs notes et autres broutilles toujours utiles. Suivant les conseils de Boris – ou presque, je pris le cellulaire et écrivit un SMS.

« Je suis vivant. »

Je l’envoyai à mon père. Ca devrait certainement faire l’affaire. Je reposais l’objet puis commençais mes recherches sur internet. Il était temps que je regarde ce dont le vieux m’avait parlé un peu plus tôt. Je me servais du moteur de recherche le plus usité actuellement pour y taper les mots clefs concernant ce tournoi par équipe. Peut-être y trouverai-je quelque chose d’intéressant.

Je tombais alors sur les premiers résultats de ma recherche. Ce fût facile, l’information était relayée par la plupart des sites et forums traitant du sujet. Cliquant sur le lien, je me retrouvai sur le site officiel. Il s’agissait du « Last Beyblade World Championship ».

Arkane : *Hm… Le dernier… ?* Pensais-je alors que je continuai ma recherche.

Apparemment, pour participer, il fallait être minimum trois personnes, quatre au maximum et s’inscrire ensuite auprès du comité de Beyblade de notre pays. Ici donc la France. Les présélections se dérouleraient dans chaque pays sur une durée de trois mois. En s’inscrivant auprès du comité, on devait par la même occasion faire nos preuves pendant le tournoi de sélections. Je me rassis au fond du canapé. Ce tournoi par équipe ne me semblait pas très net.
Je continuais ma lecture.
Un prix démesuré attendrait l’équipe qui remporterait le tournoi apparemment. Je regardai plus précisément. Ce tournoi n’était pas organisé par un pays en particulier. Rien n’était indiqué concernant l’organisateur. En y repensant, je ne pouvais m’empêcher de faire un lien entre le centre qui nous avait gardés prisonniers Balthazar et moi. Si c’était le cas, Demon était certainement au courant de ce qu’il se tramait là-bas.

J’éteignis l’ordinateur et appuyait à nouveau sur le bouton de la télécommande pour ranger la table basse puis me dirigeait vers mon bureau, laissant la télévision allumée en guise de fond sonore. Le bureau restait dans le même style que la pièce à vivre, mise à part qu’il n’y avait aucune fenêtre, qu’il était bien plus petit et qu’il contenait énormément d’étagères de rangement. Je rangeais ici tout mon matériel Beyblade : Pièces en doubles, pièces de collections, lanceurs de toute les couleurs, de tous les gabarits, des accessoires, etc. Je me dirigeais vers une petite vitrine d’angle qui était éclairée par des spots à LED blancs. A l’intérieur se trouvaient toutes les pièces de rechange pour Chimera. Je les entreposais soigneusement, étant donné que chacune d’elle était unique. La roue de fusion Evil en ayant prit un sacré coup, je devais l’échanger contre une autre. J’en pris donc une nouvelle, que je n’avais jusque là jamais utilisée : Zenith. L’anneau d’énergie étant en bon état, je n’avais pas à le toucher. Je repris un nouvel axe de rotation DC110 et une nouvelle pointe ZA puis me dirigeait vers le bureau, j’y posais tout mon attirail et allumait la lampe de bureau pour ensuite l’approcher de ma zone de travail.
La lumière étant suffisante, je me mis au travail. Je démontais consciencieusement Evil Chimera, ouvrit un tiroir et prit un chiffon doux, un lustrant et deux pinceaux Kevrin de tailles différentes et commençait à nettoyer les pièces abîmées. La roue de fusion avait prit de sacrées griffures. La prise d’air était maintenant trop handicapante. Je commençais à nettoyer toutes les pièces de la poussière et des saletés incrustées dans la plupart des gravures et recoins avec les pinceaux. Ensuite, je lustrais quand même Evil avec le chiffon et le reposait soigneusement.
Je fis de même avec les nouvelles pièces. Puis je les assemblais toutes à nouveau, cependant, la toupie s’en trouva profondément modifiée.
La nouvelle roue de fusion était vraiment superbe, j’avais hâte de voir ce qu’elle donnait en combat. Sa forme ronde, de taille raisonnable, remontait à certains endroits pour mieux prendre l’air, elle me faisait penser à une sorte de spirale. S’ajoute à cela quelques griffes en métal disséminées juste en dessous, avec une forme arrondie à la manière des faux. Avec le nouvel axe de rotation – qui chassait l’air par le dessous grâce à des petites pâles moulées avec une matière très résistante entre le métal et le plastique. Quant à la pointe de performance, elle terminait le mécanisme qui permettait d’ouvrir les lames sous la roue de fusion. Cette pointe, à la forme mi-ronde, mi-plate, a été créée dans un matériau assez rare, qui permet une meilleure friction avec le sol, augmentant son attaque. En revanche, lorsque la vitesse se perd, la toupie passe dans un mode plus défensif et utilise la forme ronde – construite dans une autre matière encore, pour pouvoir économiser de la vitesse de rotation.
Ainsi, Mf Zenith Chimera DC110 ZA pouvait-elle sortir des lames et augmenter ou réduire sa taille – au maximum 110 et au minimum 90, ce qui faisait d’elle une toupie encore plus redoutable que la précédente. Pourquoi n’avais-je pas fais ce combo plus tôt ? Tout simplement parce que je reviens rarement dans ce lieu et préfère m’exiler dans les montagnes qui se trouvent au Sud-Ouest de la France que de venir me fondre dans une foule sans contraste, dans cet air puant et crasseux qu’est celui de Paris.
Je rangeais ensuite les pièces que j’avais changé dans la vitrine, pour remplacer les neuves, rangeait Chimera puis retournai dans la galerie pour la mettre mon sac avant de partir me prendre une douche bien mérité. Après dix minutes, je repartais. Pour savoir ce que tramait la ligue qui avait décidée de créer ce tournoi, je devais y participer. Il ne me restait donc plus qu’à créer une équipe. Et pour se faire, il fallait que j’organise une grande campagne de recrutement. C’était décidé, j’allais reformer l’Elite of Blade.

Je refermai derrière moi et repassais par le hall, ne répondant pas à Boris qui tentait de m’interpeller. Je n’avais pas de temps pour ça. Au dehors, je voyais déjà plusieurs Bladers en train de s’entraîner dans des Beystadium de fortune. En France malheureusement, nous sommes assez mal fournis en matériel. Ça a toujours été notre problème, ça et l’horrible organisation de la Fédération Française de Beyblade. Mais voilà, les gamins que je voyais là n’étaient pas assez intéressants. Pas de spectre, pas de technique, simplement des mioches qui veulent tenter leur chance. Au moins, ils rêveront quelques minutes.

Je déambulais alors dans les rues de Paris, mains dans les poches, à un rythme normal, me dirigeant vers le parc qui se situait au pied de la Tour Eiffel. Je risquais d’y rencontrer principalement des asiatiques avec leurs photographes, à donner à manger aux pigeons et à faire des V de victoire avec leur doigts pour avoir l’air « trop cool et trop Kawaii » sur les photos. Je hais cette façon d’être. Heureusement, certains ont la présence d’esprit d’avoir eus le temps de grandir entre temps et d’avoir trouvé leur propre identité.
J’arrivais donc dans le parc, ici, peu de Bladers trop jeunes puisque seuls ceux qui étaient sûrs d’eux osaient venir s’affronter ici. Il y avait trop de monde, perdre était trop honteux pour leurs égos d’enfants. C’est donc dans ce lieu que je pourrais trouver des gens suffisamment sérieux et déterminés. Je flânais donc entre les joueurs, quand soudain, je fus interpellé par l’un d’eux.

? : « - Hey ! Je te reconnais toi. C’est toi qu’on surnomme le Blader fou n’est-ce pas ? Je t’ai vu à la télévision ! »

Je ne répondis pas, laissant la personne parler. « Le blader fou ». Ha. Quelle idée de m’avoir appelé comme ça. Mais cette idée était-elle aussi absurde que cela ? Allez savoir, peut-être le suis-je réellement au fond, pour avoir accepté un duel dans un avion avec une toupie de type gravité.

? : « - Pff. T’oses même pas répondre. Affronte moi donc en duel ! Prouve que tu es bien le Blader Fou ! »
Arkane : « - Je n’ai rien à prouvé. Si tu veux que ta toupie s’en sorte indemne, tu ferais mieux d’aller affronter des personnes qui soient plus à ta hauteur. »
? : « - T’as peur ? T’es peut-être pas aussi fort qu’il n’y paraît. Si ça s’trouve, tout c’qu’on a vu de tes exploits à la télé, c’est du chiqué ! »


Ah, la provocation. Toujours aussi facile à faire, toujours facile à répondre, mais si difficile à assumer. Je me tâtais, devais-je donc répondre à une invitation aussi puérile ? Ma foi, ça me permettrait de tester la nouvelle composition de ma toupie. Donc pourquoi pas.

Arkane : « - Bon, après tout, tu tombes bien à vrai dire, tu vas pouvoir goûter à mon nouveau combo. Mais donnes-moi ton prénom, que je sache au moins qui je vais écraser aujourd’hui ? »
? : « - Je m’appelle Anthony ! Et voici ma toupie Rock Herculeo 110 RF ! »
Arkane : « - Outch. »
Anthony : « - Quoi ? »
Arkane : « - Quel atroce combo. Enfin soit. »


Nous nous approchions d’un des Beystadium que des Bladers libérèrent pour nous. Apparemment, plus d’une personne me reconnaissait ici, je voyais tous les regards se tourner vers moi. Leur faisais-je peur ? Je l’espérai, ça m’évitais des combats inutiles comme celui que j’allais faire. Nous nous préparions, chacun d’un côté du petit stadium en plastique mit à notre disposition. Une troisième personne, tenant le rôle d’arbitre, fit le décompte. J’armai le lanceur que j’avais récupéré au laboratoire.

Arbitre : « - Trois… Deux… Un… ! GOOO ! »

Sous l’enthousiasme de la foule autour, nous lancions nos toupies. Chimera partie à toute vitesse, poussant le stadium en avant sous la force de son atterrissage. Celle de mon adversaire était déséquilibrée à cause de son combo tout aussi bancal. La pointe de performance était une bonne pointe d’attaque, mais la roue de fusion l’empêchait de déployer tout son potentiel. Quelle honte. J’allais le sortir rapidement.

Arkane : « - Au vu du respect que tu m’as manqué, je ne vois pas pourquoi je serais gentil avec toi. Dis adieu à ta toupie. »
Anthony : « - Bien sur ! Je te résisterai Blader fou ! »

Autour, les gens parlaient entre eux. J’entendais qu’ils s’interrogeaient sur mon lanceur, ainsi que sur la composition de ma toupie. C’était des pièces uniques, ils l’avaient compris et se demandaient sûrement comment faire pour en avoir à leur tour. Enfin, je n’allais pas plus faire attention à eux, et lançait une attaque qui allait, sans efforts aucuns, mettre fin au combat.

Arkane : « - Chimera, détruit moi cette larve. »

Zenith Chimera se lança à l’assaut, déployant ses griffes en forme de faux au passage. Ceci surpris mon adversaire qui eut un mouvement de recul. Il comprenait enfin que je ne plaisantais pas quand je parlais de détruire sa toupie.

? : « - Arrêtes ! » Dit une voix de manière ferme avant qu’une toupie ne soit lancée dans le Beystadium, propulsant celle du gamin en dehors sans qu’elle ne soit abîmée.

La personne qui m’avait stoppé s’approcha. Il s’agissait encore d’un gamin, environnant les dix sept, dix huit ans, doté de longs cheveux blancs. Plus petit que moi, il devait faire approximativement la même corpulence que moi, toutes proportions gardées. Un Beylauncher blanc entre les mains, il se positionna à la place du gamin qui le gratifia d’un sourire de remerciement avant de reprendre sa toupie tombée au sol.

Anthony : « - Merci ! Tu as sauvé mon Herculeo ! »
? : « - Toi, « Le Blader Fou » comme on t’appelle, tu n’as pas honte de ce que tu fais ? »

Arkane : « - Honte de quoi ? De donner à ce gamin ce qu’il a réclamé ? De lui montrer la faiblesse de son combo ? Il n’a même pas fait d’effort pour le construit, je suis certain qu’il s’est contenté d’un de ces packs mixtes de Beyblade que l’on trouve dans le commerce sans tenter de modifier quoique ce soit. »

Anthony, l’enfant d’à peu près 14 ans, baissa la tête. C’était vrai et il le savait tout autant que moi. Je mettrai même ma main à couper que c’est uniquement par flemme.

? : « - Ce n’est pas une raison ! Bats-toi avec quelqu’un à ton niveau ! »
Arkane : « - Donc tu penses être à mon niveau ? »


Un moment d’hésitation puis l’inconnu acquiesça d’un mouvement de tête.

? : « - Je le pense oui. Moi, Rementis, comptes bien te donner une leçon ! »
Arkane : « - Très bien, reprends ta toupie, je vais faire de même puis recommençons le combat proprement. »

Rementis acquiesça de nouveau.
Arkane : « - Saches que je trouve ça très irrespectueux de ne pas prendre soin des combos que l’on fait. Un combo est sensé être puissant pour attaquer, mais aussi pour empêcher à sa toupie de recevoir de trop gros dommages. Un Blader se doit de respecter sa toupie et donc de faire en sorte à minimiser les dégâts lorsque cela lui est possible. Ce que ce gosse à fait, n’est rien de plus qu’un manque total de respect pour son adversaire, pour son matériel, mais aussi pour lui-même. »

Rementis semblait adhérer à mon point de vue, je le voyais dans sa façon de reprendre sa toupie. Mais il semblait ne pas comprendre ma façon de le faire savoir aux autres. Il va vite apprendre à qui il a affaire. Le combat pouvait reprendre et j’avais de grands espoirs dans cet adversaire.

Arbitre : « - Vous êtes prêts ? »

Nous préparions nos lanceurs. Je rangeais le mien pour reprendre mon beylauncher habituel. Puis, nous plaçant tous les deux devant le beystadium, nous nous préparions à lancer.

Arbitre : « Trois… Deux… Un…. GOO ! »

Les toupies furent lancées dans le crissement du plastique des roues dentées qui faisaient le mécanisme du lanceur. Mais dans leur violente chute, elles trouèrent littéralement le Beystadium qui parti en morceaux de part et d’autre de l’espace de combat. Nous étions donc là à nous affronter sur du bitume.

Arkane : « - Hm… »
Rementis : « - Je te présente Alopex, le renard des neiges. Saches que je ne te ferais pas de cadeaux.»
Arkane : « -Nous serons deux dans ce cas là. Chimera, réduit ta gravité ! »


En faisant cela, je permettais à Chimera de ne pas s’abîmer trop sur le sol, mais aussi d’augmenter sa vitesse de rotation. En contrepartie, je perdais un peu d’attaque, mais ce n’était pas bien grave.

Rementis : « - Alors comme ça tu contrôles la gravité… Chimera est donc un véritable Spectre. C’est intéressant. Mais ça va vite finir ! Alopex ! Typhon paralysant du roi renard ! »

Alopex augmenta sa vitesse de manière impressionnante, à tel point qu’il décolla du sol pour se diriger droite sur ma toupie. Cependant, je ne comptais pas le laisser faire. J’attendais qu’il s’approche suffisamment puis, au dernier moment, ordonnait à Chimera de sortir ses lames. Rementis éjecta alors ma toupie plus loin mais se prit quelques dégâts qui ralentirent sa toupie. Et malgré son visage impassible, je voyais bien que ça l’avait frustré. Parfait.

Rementis : « - C’est quoi ces lames… ? »
Arkane : « - Considère ça comme un avertissement. On n’attaque pas une chimère aussi brutalement. »
Rementis : « - Qu’est-ce que tu veux dire ? »
Arkane : « - Une chimère, comme tu dois le savoir, est une créature composées de plusieurs autres. Tu as en face de toi Chimera, une chimère créée à partir de cinq animaux : Un loup, un lion et un corbeau. Je te laisse deviner quels sont les deux autres. Mon spectre possède ainsi la loyauté et la ténacité du loup, la force et le courage du lion ainsi que l’intelligence et la ruse du corbeau. Il regroupe ainsi des parties physiques de chaque animal, son réceptacle est donc la représentation de cette fusion. Ainsi, tu seras toujours susceptible d’être surpris par une de ses capacités. Et tant que tu n’auras pas évalué cela, en plus des deux autres formes que je t’ai caché, tu auras du mal à me battre. »


En lui expliquant comment ma toupie était principalement constituée, j’espérais de lui qu’il fasse ses preuves. Il devait s’adapter et se battre ou laisser tomber et se faire battre. Pendant ce temps, les toupies continuaient leur combat effréné, avec une rage, une fougue et un enthousiasme incontesté.

Rementis : « - Si tu penses que c’est ça qui va m’arrêter… »

Les attaques de Rementis se faisaient de plus en plus présentes. Chimera et Alopex reculaient pour mieux prendre de l’élan et s’entrechoquer encore plus fort. La gravité ne jouant pas en ma faveur, ma toupie reculait beaucoup plus sous les coups que celle de mon adversaire.

Arkane : « - Bon, montre nous une bonne fois pour toute ce que tu as dans le ventre, que je rigole un peu. » Dis-je avec un sourire malsain aux lèvres.

N’attendant même pas, le Blader aux cheveux blancs lança enfin son attaque ultime mais de manière beaucoup plus forte. Alopex mit beaucoup plus d’énergie dans le « typhon du roi renard » et tournait à une vitesse vertigineuse. Je le laissais venir encore une fois et décidait qu’il était temps de s’y mettre aussi.

Arkane : « - Zenith Chimera ! Arrête-moi cette charogne. Upper gravitation ! »

A mon tour donc de lancer une attaque qui le secouerait une bonne fois pour toute… Ou plutôt, qui l’arrêterai une bonne fois pour toute. Les deux toupies furent à deux doigts de s’entrechoquer. Alopex frappa alors de plein fouet la chimère qui lançait son attaque tout en étant propulsée dans les airs dans un boucan d’enfer. Alors Alopex fût comme figé dans un mouvement très ralenti. Chimera, qui vascillait, se remit plus ou moins d’aplomb grâce à l’arrondit de la pointe ZA. Je m’avançais reprendre ma toupie.

Rementis : « - Hey, le combat n’est pas terminé. »
Arkane : « - Pour moi, si. J’ai eus ce que je voulais. »


Mon adversaire resta dubitatif. Je pris sa toupie, m’avançais vers lui et la lui tendit.

Arkane : « - Bienvenue dans l’Elite of Blade, l’équipe de Beyblade qui va participer au Last Beyblade World Championship. » Dis-je d’un ton monotone. Rementis compris, il reprit sa toupie tout en me serrant la main, comme pour sceller son intégration à l’équipe. « De grandes choses nous attendent. »

Autour de nous, la foule restait coi, divisée entre la curiosité et la surprise d’une fin de match telle que celle-ci. Ils venaient de voir « Le Blader Fou » formait une équipe. Moi qui ais toujours décidé de rester seul, je reforme l’Elite of Blade. Un nom prestigieux qui ne peut-être utilisé que par les personnes qui y ont été autorisées. Y entrer est donc à la fois un honneur mais surtout une récompense. Rementis serait donc mon premier collègue.

Rementis : « - We will rule them all. »

_________________

Écrits en cours:
 
Musique:
 


Dernière édition par Arkane le Mer 14 Nov - 19:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://servfictions.forumactif.org
Rementis
Le renard des neiges
Le renard des neiges
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 30/10/2012

Feuille d'écrivain
Fiction en cours: Beyblade
Statut: Écrivain(e) amateur
Points d'écriture:
9/100  (9/100)

MessageSujet: Re: [CHAP.2] Etape 10 : 'We will rule them all"   Mer 14 Nov - 19:37
Bien, bien

J'ai trouver ça !

Arkane a écrit:

Un tournoi équipe si ma mémoire m’est toujours fidèle.
Lorsque les portes s’ouvrit

Hey baisse de régime mon vieux ! Et ça en l'espace de deux phrases :p

Bref, parlons de l'avancement maintenant, J’apparaît donc enfin hé hé. Mais aucun de nous n'aura fait le dénouement du duel, que ce soit dans ma fic , ou dans la tienne, plus tard qui sait. Ce chapitre est vraiment bien ( le fait que j'y sois amplifie mon jugement certes ). Par contre là faut vraiment que je m'y remette moi...

+3 points d'écriture

_________________
° Crois-tu aux légendes Invité ? °
Revenir en haut Aller en bas
Arkane
As cold as ice
As cold as ice
avatar

Messages : 163
Date d'inscription : 29/10/2012

Feuille d'écrivain
Fiction en cours: Beyblade
Statut: Écrivain(e) amateur
Points d'écriture:
12/100  (12/100)

MessageSujet: Re: [CHAP.2] Etape 10 : 'We will rule them all"   Mer 14 Nov - 19:49
Rementis a écrit:
Bien, bien

J'ai trouver ça !

Arkane a écrit:

Un tournoi équipe si ma mémoire m’est toujours fidèle.
Lorsque les portes s’ouvrit

Hey baisse de régime mon vieux ! Et ça en l'espace de deux phrases :p

[/size]

A vrai dire j'ai écris ce chapitre il y a déjà quelques mois... ;) Merci pour la correction et pour les points.

_________________

Écrits en cours:
 
Musique:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://servfictions.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [CHAP.2] Etape 10 : 'We will rule them all"   
Revenir en haut Aller en bas
 

[CHAP.2] Etape 10 : 'We will rule them all"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» °Oo*~° les tatouages de kyo °~*oO° ETAPE 1 ! tigre!
» Soul Eater Chap 32 à 35
» [Michel Lafon] Une petite fille trop gâtée d'Ann Rule
» UN TUEUR SI PROCHE de Ann Rule
» pastillas au poulet par etape+photo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Serv-Fictions :: Fanfictions :: Mangas :: Beyblade :: Le Blader Fou-