Quatre nouveaux groupes Plus d'infos ici
Le forum a revêtit son apparat d'été !

Partagez | .
 

 [CHAP.2] Etape 12 : Entraînement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arkane
As cold as ice
As cold as ice
avatar

Messages : 163
Date d'inscription : 29/10/2012

Feuille d'écrivain
Fiction en cours: Beyblade
Statut: Écrivain(e) amateur
Points d'écriture:
12/100  (12/100)

MessageSujet: [CHAP.2] Etape 12 : Entraînement   Dim 2 Déc - 15:09
Etape 12 : Entraînement


Le lendemain, je me levais tôt pour pouvoir m’occuper des préparatifs. Il fallait que je mette en place notre organisation. Et ce, à plusieurs échelons : Entraînement, tactiques, réparation. En somme, tout ce dont nous allions avoir besoin pour le tournoi qui s’annonçait. A l’aide de la télécommande universelle, j’ouvrai en partie les stores électriques, de sorte à ce que seuls quelques rayons filtrent à travers les différents plis qui servent à ranger le volet mécanique. Puis, me dirigeant vers le bureau dans lequel je rangeais mes toupies, je sortis mon ordinateur portable et le posait sur le plan de travail, laissant la porte à demi-ouverte.
Je commençai par regarder mes anciens dossiers. Ceux qui avaient été crées entre 2001 et 2003. Ceux qui dataient de l’époque Elite of Blade… Je parcourais donc ceux-ci. Ils se répartissaient en plusieurs catégories « tactiques », «guides de réparation », « guides d’entretien », « planning des entraînements » et « Carnet de route ». Chacun d’eux contenaient plusieurs sous dossiers. Celui qui contenait les tactiques avait bien entendu une partie pour la défense, une pour l’endurance, une pour l’équilibre et enfin une dernière pour l’attaque. C’est ce dernier dossier qui m’intéressait. J’ai toujours été ordonné, et ça m’était d’une aide précieuse à tout moment, comme à l’instant. Chaque fichier contenait de l’écrit qui permettait d’expliquer clairement ainsi qu’une vidéo pour illustrer. Je m’intéressais à mes notes. J’y avais répertorié beaucoup de choses, mais à vrai dire, ça ne m’étais plus vraiment d’aucune utilité. Pourquoi ? A l’époque, les toupies se composaient de la manière suivante : D’une base qui déterminait la nature de la toupie (attaque, défense, endurance ou équilibre), d’un disque de poids (selon sa taille et son poids, il gérait la stabilité de la toupie ainsi que sa vitesse de rotation) et d’un embout qui donnait la direction du mouvement mais qui servait également de réceptacle au spectre. Ce dernier était généralement protégé par une coque transparente selon les moyens de chacun, sa matière différait.
Aujourd’hui seules les informations sur les spectres m’étaient d’une réelle utilité puisqu’il s’agissait de la seule variable qui restait constante. A cette époque, nous avions réussis à battre une des meilleures équipes d’alors : Les Blade Breakers avec qui nous avions sympathisés. Malheureusement, après le meurtre de Shura et notre dissolution, nous avions perdus le contact.
J’allumai mon imprimante et me décidait à imprimer toutes les notes concernant les spectres. Ca pouvait m’être utile et j’appréciai le fait d’avoir un support réel entre les mains. Et pendant que les fichiers sortaient, je m’occupai de fouiller dans le dossier « Carnet de route ». J’observai la composition de notre équipe. Elle était bien différente de celle d’aujourd’hui, et c’est ce qui commençait à m’inquiéter. En effet, je jouais actuellement l’attaque, Rementis également et enfin, Balthazar faisait de même. Alors qu’auparavant, je jouais attaque avec Balthazar, Apocalypse jouait équilibre endurance/défense et Shura uniquement la défense. Sa toupie avait d’ailleurs été surnommée « la forteresse imprenable » tant elle était efficace. Le fait d’avoir une équipe variée nous permettait de faire habilement face à nos différents adversaires.
Aujourd’hui, avec une Elite of Blade aussi homogène, ça allait être compliqué. Je posais mes coudes sur le bureau, appuyant mon menton sur mes mains, les yeux fixant l’écran rétro-éclairé. Il fallait que quelqu’un se dévoue pour changer sa tactique.

Je me levais et allait faire couler du café pour le petit-déjeuner. Le soleil se pointait enfin. Une fois la cafetière ayant finit sa besogne, je me servis une tasse que je buvais appuyé sur le rebord de la table, debout. C’est à ce moment là que Rementis entra dans la pièce.
- Salut Arkane. Me salua t-il. Je le lui rendis d’un signe de la tête, les yeux un peu perdus dans le vide. Ca fait longtemps que t’es debout ?
-A peu près une heure. Lui répondis-je sur un ton neutre, la voix encore enrouée du sommeil récent. Mon acolyte me regarda, surpris et me lança que j’étais quelqu’un de bien matinal. Mais lorsque l’on est chef d’équipe, il n’y a pas forcément le choix. Premier levé, dernier couché, il fallait penser à tout.
Rementis se servit également du café, je l’invita à faire comme chez lui et après avoir fouillé quelques placards, il finit enfin par trouver les céréales, brioches et autres aliments pour accompagner sa boisson chaude. Peu de temps après, Balthazar arriva enfin. Il a toujours eus le levé difficile et ça se voyait sur son visage. Des poches sous les yeux mi-clos, les cheveux en bataille. Il communiquait avec nous par des grognements. Une chose qui n’a pas changé en presque dix ans. Ce dernier s’assit et se servit, en ne disant pas un mot. Je me décidais alors à rompre ce silence matinal.
- Nous avons un léger souci pour le tournoi… Dis-je d’un ton neutre, regardant enfin mes collègues. Nous sommes tout trois des joueurs qui privilégient l’attaque. Pour pouvoir passer le tournoi de manière aisée, nous avons besoin d’au moins une personne qui joue défense.
Plus efficace que le café, ce que je venais de dire les avait fait tiquer, au point d’en oublier de finir leur bols. Balthazar, encore de mauvaise humeur, se tourna vers moi.
- J’ai toujours joué attaque, depuis 12 ans que je pratique le Beyblade. Je ne vois pas pourquoi je devrais changer ! S’insurgea t-il. Je tentais de tempérer.
- Ce ne serait pas définitif. Mais ça aiderait pas mal.
- Pour ma part, ça n’aurait pas été contre, mais je n’ai aucune pièce valable pour jouer la défense.
S’expliqua Rementis. Je le regardais et acquiesçait d’un mouvement de tête.
- Ce qui nous laisse un problème. Balthazar, tu es sûr que tu veux te cantonner à l’attaque ?
- Charon est un spectre qui se bat ! Pas un spectre qui défend ! Rends-toi à l’évidence ! Pourquoi toi, tu ne changerai pas ?
J’avoue que la raison était simple : Je déteste la défense. D’une part parce que je trouve cela ennuyeux, d’autres part, parce que je n’y connaissais à vrai dire pas grand-chose dans la pratique – ce qui était normal. Je lui lançait un regard dubitatif, remontant un sourcil comme pour lui faire comprendre un « tu te moques de moi ? ». Il retourna à son bol.
- Je vais y réfléchir…
Sur ce, je posais ma tasse dans l’évier et sortit de la pièce. Rementis m’interpella.
- C’est quoi le programme aujourd’hui ?
- Je vais justement organiser ça. En attendant, préparez-vous. Je veux que vous soyez prêts à décoller dans une heure.

Puis je me dirigeai enfin vers mon bureau. De là, une fenêtre s’était ouverte pour m’informer de l’arrivée d’un mail. Je cliquais et l’ouvrais pour y voir :
« L’inscription de Elite of Blade a été correctement enregistrée auprès de nos bureaux. Veuillez-vous rendre le jeudi 1er Novembre 2012 à 14h à la tour de duel se trouvant à l’adresse suivante pour pouvoir participer aux premiers matchs de qualification. »
En regardant l’adresse, je vis que ce n’était pas tout prêt. Il s’agissait d’une ville située dans les montagnes à presque six heures de route d’ici. Il ne fallait pas tarder, le 1er, c’était aujourd’hui. Je me rendis donc à la salle de bain pour aller me préparer rapidement. Je pris mes affaires habituelles ainsi que mon ordinateur portable que je pliais et rangeais dans sa housse. J’en aurais besoin durant le trajet. Dans le salon, je ne vis encore personne de prêt. Cela faisait à présent trente cinq minutes que je leur avais dit de se préparer, j’espère pour eux qui le seront. Et afin de les faire se dépêcher un peu plus, je dis à voix très haute.
- Les qualifications commencent à quatorze heure. Nous avons un avion à prendre dans très exactement quarante cinq minutes.
En effet, en passant par les airs, nous en aurions pour au maximum une heure vingt de trajet. Ce qui nous laisserait le temps de nous entraîner un peu avant de commencer le tournoi, mais également de se mettre d’accord sur le joueur défensif. Il fallait donc que je passe un coup de fil à la société pour pouvoir réserver un avion. Heureusement, cette compagnie était subventionnée par la société de la famille. Je n’avais donc aucun mal à prendre des places.

Il nous fallut tout au plus vingt minutes pour ensuite boucler un petit sac chacun, contenant le minimum dont nous avions besoin. Puis, descendant l’immeuble, je remis les clefs de mon appartement à Boris, pour lui charger de s’en occuper durant mon absence – encore une fois. C’est mon chauffeur habituel qui nous emmenait à l’aéroport Charles de Gaulles, temporairement restauré pour laisser quelques avions aller et venir après le crash que Balthazar et moi avions provoqués quelques jours plus tôt. L’avion était à l’heure ce qui nous laisserait le temps de pouvoir nous poser avant le début des qualifications. Bien installés en première classe, nous attachions nos ceintures et attendions le décollage. Je disposais d’une place contre la fenêtre, Rementis à ma gauche et Balthazar en face de nous. Une fois l’appareil en vol, mon rival se tourna pour nous regarder et ne pu empêcher un rictus d’apparaître sur son visage.
- Un petit duel ? Me demanda t-il, comme pour me rappeler les dégâts que nous avions causés. Je jouais le jeu.
- Je ne voudrais pas te faire pleurer encore une fois. Lui répondis-je sur un ton de provocation.
Sur ce, je pris l’ordinateur qui se trouvait dans mon « bagage à main » comme l’appellent les hôtesses et recherchais mes fichiers d’entrainement. Rementis penchait la tête pour lire par-dessus mon épaule.
- C’est pour nous ça ? Demanda t-il.
- Ouaip.
Balthazar me lança un regard que je lui rendis, il souffla.
- Me dis pas qu’on va recommencer ton entraînement de l’Elite… !
-Hm… Nous n’avons pas le choix en fait. Nous devons être et rester les meilleurs. L’entraînement ne doit donc pas être négligé.

Il finit par acquiescer, comprenant que je ne cèderai pas là-dessus. Car après tout, rien n’était jamais acquis, il fallait en prendre conscience et l’intégrer fermement en nous pour ne jamais se laisser aller. Sinon, c’était la défaite assurée. Rementis regardait toujours ce que je faisais.
- Par quoi commence t-on alors ?
Je fermais mon ordinateur portable de manière sèche, fixant successivement mes deux compères.
- On commence par les affrontements quotidiens…

L’avion atterrit une petite heure plus tard et nous prenions alors place dans le terrain d’entraînement que j’avais fais installer en montagne, à environ deux mille sept cent mètres d’altitudes. A cette époque et à cette altitude, la neige commençait déjà pointer le bout de sa couleur blanche. Le Beystadium d’extérieur était quant à lui un peu humide, gelé à quelques endroits. Ca ferait un bon terrain pour se mettre en conditions. Je me postais sur un muret en vieilles pierres qui se trouvait juste à côté.
- Rementis, Balthazar, commencez.
Les deux Elites se tournèrent vers moi, tandis que Balthazar protestait.
- Et pourquoi pas toi Arkane ? Viens montrer ce que tu sais faire !
- Non. Je vous ais déjà affronté tous les deux, je sais comment vous vous battez. Maintenant, c’est à vous d’apprendre à connaître les techniques de chacun.
Dis-je d’un ton ferme, ne laissant pas le choix à la réponse.
- On ne peut pas se poser un peu avant de commencer ? M’interpella Rementis.
- Il ne nous reste que cinq heures avant le début des qualifications. Nous nous reposerons plus tard. Pour le moment, au travail.
Balthazar et Rementis se mirent alors chacun de part et d’autre du Beystadium. De là où j’étais, j’avais un angle de vu suffisant et très confortable pour pouvoir apprécier les techniques et réactions de chacun. Je commençais le décompte.
- Trois… Deux… Un…
Les mains se crispèrent sur les lanceurs. Je regardai chacun d’eux et malgré qu’ils soient dans la même équipe, je pouvais bien voir dans leurs yeux l’éclat de la rivalité. Ils voulaient chacun prouver qu’ils étaient plus fort que l’autre. Voilà une ambiance comme je les aime… Ca promettait d’être intéressant.
- Lancez ! Dis-je sur un ton plus haut comme pour les motiver.
Les lanceurs ne furent pas ménagés et ils crissèrent sous la puissance de tir des deux adversaires. Je le savais déjà, Rementis était dans son élément, dans l’élément de son spectre. Ca jouerait en sa faveur et Balthazar aurait à faire attention, à préparer une tactique adéquate. Les deux toupies s’entrechoquèrent lors de leur arrivée sur le Beystadium. Alors que Alopex se mettait à tourner de plus en plus vite, profitant des quelques plaques glacées pour pouvoir prendre son élan – sa pointe de performance possédait une adhérence à toute épreuve et lui permettait ainsi de profiter pleinement des surfaces lisses, Charon eut une attitude étrange. La toupie vint se figer au milieu du stadium. Alors comme ça… Balthazar avait finalement accepté de jouer défense ? Voilà qui m’intéressait de plus en plus.

Restant toujours au centre du terrain de combat, Balthazar fixait sans cesse sa toupie.
- Allez petite bête, vient attaquer le nocher des Enfers. Dit-il pour provoquer son adversaire.
- Comme tu veux, mais ne vient pas pleurer quand je t’aurais démolis ! Répondit Rementis tout en lançant Alopex à la charge. Ce dernier avait atteint une telle vitesse qu’il fracassa Charon sans ménagement. Mais ce dernier ne bougeait pas.
- Je vous rappelle qu’il s’agit d’un match d’entraînement. Vous en devez en aucun cas abimer les toupies. Je vous laisse cinq minutes pour combattre. A la fin de celui-ci, celui qui aura le plus été mené sera déclaré perdant. Dis-je pour bien rappeler les règles que j’avais mentionné sur le chemin jusqu’au beystadium. Il ne manquerait plus que ça : Perdre une toupie. Nous ne pouvions pas nous le permettre.
Concentrés, les deux adversaires firent simplement un signe de la tête pour dire qu’ils avaient compris, sans prendre le temps de répondre à voix haute. Leurs yeux étaient rivés sur le match.
Alopex cherchait un endroit pour attaquer Charon qui résistait aux multiples assauts.
- Tu as peut-être une superbe défense, mais je suis sur mon propre terrain ici ! Tu ne vas pas pouvoir me résister bien longtemps… ! S’exclama le garçon aux cheveux blancs, sûr de lui.
Un sourire aux lèvres, Rementis ordonna à Alopex de lancer un coup spécial que je n’avais pas encore eus l’occasion de voir jusqu’ici. Un coup qui ne pouvait s’effectuer que sur un terrain particulier apparemment.
- Alopex ! Ice Control !
C’est alors que la glace qui était répartie sur le Beystadium se brisa et suivit la toupie de Rementis. Fonçant alors sur Charon, la toupie de glace lâcha l’eau gelée sur la toupie de Balthazar, obligeant celui-ci à esquiver au risque d’abimer sa roue de fusion. En effet, le gel se brisa à l’endroit où se trouvait Styx Charon, abimant jusqu’au stadium lui-même.
- J’ai dis : On n’abime pas les toupies. Merci. Rappelais-je d’un ton ferme.
C’est alors que Balthazar se frustra.
- Non mais il est dingue ce mec ?! Il a faillit exploser ma toupie ! Styx Charon ! Fais-le passer de l’autre côté ! Hurla t-il, énervé. Il faut dire qu’il avait déjà dû remplacer des pièces de sa toupie parce qu’elle avait été abimée au centre. Ses pièces étant rares, il avait tout intérêt à y faire attention. Il lança alors sa toupie à l’attaque. Rementis se boucha les oreilles.
- Bordel, c’est quoi ce bruit ?! Demanda t-il, apparemment, il souffrait.
Je lançais un regard à Balthazar qui lui répondit.
- Ca, c’est le cri des morts qui remonte à la surface. Plus ta toupie se rapprochera du trépas, plus le son sera fort ! Ce bruit, j’y avais été désensibilisé grâce à nos nombreux entraînements. Rementis devra, à son tour s’y former une résistance. Quant à Alopex, décontenancé lui aussi, il ne savait plus où allait et commençait à vaciller, sans perdre toutefois de sa vitesse.
- Et merci de m’avoir déblayé le terrain ! Styx Charon, fais lui manger ce fichu Beystadium ! Cria t-il, encourageant sa toupie autant que possible.
Le garçon aux cheveux blancs commençait à s’inquiétait, il voyait la toupie adverse s’approcher de plus en plus de la sienne. Le coup pourrait lui être fatal. Il prit alors sur lui, enlevant les mains de ses oreilles, il serra les poings pour résister à ce bruit entêtant et désagréable.
- Hors de question que ça finisse comme ça ! Alopex, esquive le et prépare toi à lancer ton attaque spéciale !
Les deux toupies se lancèrent dans une course poursuite effrénée, se préparant chacune à asséner le coup de grâce. Les réceptacles des spectres se mirent à s’illuminer, comme pour se faire plus impressionnant. Le choc risquait d’être terrible. Je regardais ma montre.

Sautant du muret, je lançais au passage Zenith Chimera en plein milieu du Beystadium.
- Deceleration !
Et, sans prévenir, les deux toupies furent presque arrêtées dans leur action, tournant au ralentit. J’envoyais ensuite Chimera les éjecter du Beystadium, en direction de chacun de leurs propriétaires, puis je fis se rassembler mes deux compères quelques peu interloqués.
- Ca fait cinq minutes. Dis-je, impartial alors que Rementis m’interrogeait.
- T’en a encore beaucoup des attaques du genre ?
- Quelques unes.
Répondis-je en faisant un clin d’œil à mon collègue.
Nous rentrions ensuite tous trois dans le chalet qui se situait non loin. Nous asseyant autour d’une lourde table en bois, je commençais à leur faire mon rapport de fin de match.
- Rementis, tu as une bonne technique. Mais aujourd’hui, tu as eus l’avantage du terrain, ce ne sera pas tout le temps le cas. Il faut que tu prennes un peu plus de temps avant de lancer ton coup spécial. Ca doit rester quelque chose d’exceptionnel, tu n’es même pas obligé de le sortir à chaque fois. Plus tu l’économiseras, plus tu auras l’avantage de la surprise sur ton adversaire… J’expliquais ça calmement tandis que l’intéressé, d’accord avec moi, semblait avoir prit conscience de ce qu’il devrait faire pour la prochaine fois. Je me tournais alors vers Balthazar, celui-ci détourna les yeux et prit les devants.
- Je sais ce que tu vas dire.
- Je t’écoute alors.
Je m’installais au fond de mon siège.
- Trop impulsif, pas assez patient, c’est ça ?
Je hochais de la tête de manière affirmative. Mais il avait fait un gros effort en changeant de spécialité, je ne me prononçais donc pas plus.
Nous continuions à parler un peu. Nous avions du temps devant nous et je les retenais une petite heure pour parler de nos tactiques, je leur exposais les quelques solutions que j’avais concernant certaines difficultés que l’on pouvait rencontrer face à différents adversaires, montrant au passage des mises en situation sur mon ordinateur portable. Tous, nous prenions des notes dans nos têtes, nous retenions des leçons nouvelles ou déjà apprises. En somme : Nous nous perfectionnons.

Je laissais ensuite deux heures à mes compagnons d’armes pour qu’ils se détendent et se reposent encore un peu avant le combat. Malgré qu’ils n’aient fait qu’un match d’entraînement, ça avait échauffé les esprits. Quand bien même c’était une bonne chose, les Elites ne peuvent pas se permettre de se présenter de cette manière. L’école où nous avions été, Balthazar et moi, nous avais appris à nous montrer calme – parfois souriants pour les photographes, lorsque nous faisions des apparitions publiques. Ceci dans plusieurs optiques : Ne pas montrer notre stresse permettait de ne pas le transmettre aux autres, ne pas nous afficher dans toute notre façon d’être ne donnait aucun indice à nos futurs adversaires quant à nos tactiques et enfin, une raison plus superficielles, nous donnions une bonne image de l’école qui nous avait formée. Je voulais que l’on garde cette optique.

Enfin, une fois que tout le monde fût reposé – mais surtout une fois que j’avais fini de relire les tactiques et descriptions des spectres que nous risquions de rencontrer, nous repartions. Direction : Les préselections. Une simple formalité pour nous, je le savais déjà. Mais cette première apparition allait, j’en suis sûr, commencer à faire douter les autres équipes. Nous comptions bien élever le niveau de la compétition. Il ne nous fallut alors pas plus d’une demi-heure pour arriver à la tour de Duel. Elle était immense, tout en béton. Pas une seule fenêtre ne filtrait la lumière du soleil, même pas au rez-de-chaussée où une lourde porte en pierre mécanisée s’ouvrait sur présentation de nos invitations – envoyées par mail et à imprimer.

A l’intérieur, tout était éclairé à l’ancienne : Avec des torches et des bougies. Comme pour rappeler et faire honneur aux débuts du Beyblade. Elite of Blade se présentait alors aux inscriptions afin de pouvoir être tirée au sort contre une autre équipe. The Last Beyblade World Championship pouvait commencer…

_________________

Écrits en cours:
 
Musique:
 


Dernière édition par Arkane le Lun 3 Déc - 19:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://servfictions.forumactif.org
Rementis
Le renard des neiges
Le renard des neiges
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 30/10/2012

Feuille d'écrivain
Fiction en cours: Beyblade
Statut: Écrivain(e) amateur
Points d'écriture:
9/100  (9/100)

MessageSujet: Re: [CHAP.2] Etape 12 : Entraînement   Lun 3 Déc - 18:10
Merci. ;)

J'ai bien aimée, surtout l'idée du coup spécial que tu as décrit pour Alopex, je n'en n'aurais pas eu l'idée. Même si en principe je retiens mon coup spécial pour la fin :3 , mais certes c'est ta fic et j'accepte sans soucis.

J'ai encore plus hâte que le tournoi débute maintenant :3

+3 points d'écritures

_________________
° Crois-tu aux légendes Invité ? °
Revenir en haut Aller en bas
 

[CHAP.2] Etape 12 : Entraînement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Vêtements d'entraînement
» [SOFT] FOOTCOACH 0.5 : Listing d'exercices d'entraînement de football [Gratuit]
» piste d'entrainement
» Topic sur l'entraînement de nos shineys
» Ajax

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Serv-Fictions :: Fanfictions :: Mangas :: Beyblade :: Le Blader Fou-